Gwenaëlle Bertrand et Maxime Favard [Paper]
"Pour un design théorique", dans Hyperconscience, Strasbourg : Shadok et Eurométropole de Strasbourg, 2018, p. 32-33.

Texte intégral
"Contrairement à une dichotomie usagère entre la pratique et la théorie du design, nous souhaitons témoigner de l’articulation entre le « faire » et la recherche fondamentale. Envisageons alors un design qui se pense, qui s’expérimente et se pratique au détour du funeste échange commercial. Un design théorique et nécessaire dont les finalités principales sont celles d’une réappropriation de soi, des communs et de l’environnement.

Expérimentations singulières et réflexions objectives
Ce design théorique permet aux designers qui s’en préoccupent d’osciller entre des expérimentations subjectives et des réflexions objectives (Pierre Gosselin, 2009) et finalement d’articuler la pratique, la théorie, l’individuel et le collectif dans un même ensemble. Ces corrélations éclairantes entre les conduites à projet singulières et les effets de ces singularités sur la conception et in fine la société amènent à envisager le design et ses enjeux comme toute autre chose qu’une économie du Progrès.

Déplacer les réalités sociales et ouvrir les imaginaires communs
Dans la mesure où les réalités sociales ont des tenants et aboutissants plus politiques et économiques qu’humains, il est difficile de s’en délier et d’ouvrir vers des imaginaires communs sans le recours à des démarches de l’écart. Par ces déplacements entrepris au moyen de la spéculation et de la fiction, le designer-chercheur cultive un paysage hétérogène et manifeste la nécessité de s’éloigner des schèmes univoques. Ces lieux de nulle part (Thomas More, 1516) constituent un moyen tactique d’espacement critique et de discussions communes autour des tensions et des injonctions de l’ici et maintenant.

Designer-chercheur : un nouveau paradigme de la discipline
Le designer-chercheur procède ainsi à un remaniement de l’utilité de l’artefact qui devient le témoin d’une réflexion plus que d’un usage. En ce sens, le designer-chercheur ne répond pas à la demande, il en re-questionne le sens voire en est l’initiateur. Une telle démarche de conception s’écarte alors du milieu industriel, historiquement corrélé au design, au profit de formats de résidences et de workshops, c’est-à-dire au sein de structures institutionnelles et/ou associatives propices au développement d’un design théorique."